Actualités

Partager sur :

AGROSBREIZH - Visite des serres de Solarenn / juin 2022

01 juillet 2022 Association
Vue 51 fois

A l’occasion des Journées de l’agriculture, quelques agros de Bretagne ont eu la chance de participer à une visite chez Jean Sébastien Genson, Maraicher producteur de tomates, adhérent à la coopérative Solarenn.

 

Le groupe était accompagné par :

  • Avec Isabelle Georges, Directrice de la Coopérative Solarenn (Ancienne Agro)
  • Gaetan Beraud, Coordinateur technique (Ancien Agro) 
  • Hubert Paris, Maire de Janzé (Ancien Agro Rennes)

 

Jean Sébastien Genson est petit fils de maraicher. Il a repris les serres de ces parents à Janzé et les a considérablement modernisées. Il dispose de 4ha de serres chauffées, mais non éclairées. Son entreprise compte 33 salariés en pleine saison.Il est adhérent à la coopérative Solarenn, créee en 1948, aujourd’hui 5ème coopérative au niveau national pour les tomates (derrière Saveol, Prince de Bretagne, Océane et Rougeline) et 3ème en Bretagne qui est la 1ère région légumière de France.

 

La coopérative Solarenn assure le conditionnement et la commercialisation auprès des GMS

 

Planification de la production: Le service Commercial de la coopérative indique avant le démarrage de la saison les volumes commercialisables et échange avec les maraichers qui discutent pour ventiler la production sur les différentes exploitations.

 

Achat des intrants: Chaque maraicher est indépendant pour l’achat de ces intrants: semence, ...

 

Conditionnement:

  • Le maraicher dispose de 2 lignes de calibrage & conditionnement en cageot standardcarton.
  • Les petits fruits sont conditionnés à la coopérative pour s’adapter à la multiplicité des formats de conditionnement demandés par les GMS et aux exigences d’emballage: Datage sur la barquette.
  • Loi AGEC (Anti Gaspillage) a obligé à revoir les emballages autrefois en plastiques et aujourd’hui en barquette carton. Cela a nécessite des démarches de recherches et tests avec des fournisseurs, menés par la coopérative.

Les maraichers de la coopérative produisent plus de 35 variétés de tomates.

Gout des tomates: Il est IMPERATIVE de NE PAS METTRE les tomates AU FRIGO pour préserver les qualités organoleptiques des tomates qui varient en fonction des variétés.

 

Les tomates sont vendues avec le label HVE = Haute Valeur Environnementale.  

 

Le maraicher exploite une centrale de cogénération (Gaz  Electricité + Chaleur). Les serres sont chauffées avec la chaleur fatale (système de circulation d’eau: Echangeur thermique pour refroidir l’alternateur et chauffer les serres)

L’électricité produite permet de couvrir ¾ des besoins de la commune de Janzé (8500 habitants) de novembre à mars. Le maraicher revend l’électricité à Enedis.

 

Depuis le conflit ukrainien, le prix du gaz a été multiplié par 6

 

Utilisation des eaux de pluie récupérées des toits de serre (4h de surface)

Fertirrigation au goutte à goutte piloté par un système informatiséProduction / Itinéraire technique:

Les tomates sont achetées en plants chez Thomas Plants. Les plants ont 40 jours, 30 cm de haut, les plants sont greffés.

Les plants sont installés en serre en décembre.

Cultures hors sol sur substrat en laine de roche conditionnée dans un boudin plastifée

Chaque plant est enroulé autour d’une corde suspendue en hauteur. Au fur et à mesure de lapousse du plant qui s’apparente à une liane, les travailleurs rallongent régulièrement les cordes permettant à la plante de s’incliner pour garder les zones à fruit à portée de main des travailleurs.

Des bourdons sont introduits dans la serre pour assurer la pollinisation des fleurs.

Les premiers fruits apparaissent en février.

L’effeuillage est pratiqué pour diminuer l’humidité autour des fruits.

La production de tomate démarre au 15 avril et se termine en novembre. La pleine saison de production étant de mi-avril à mi-septembre.

La plante produit 1 bouquet par semaine et pousse de 30 cm par semaine. La liane peut atteindre 12 m de long en fin de saison.

La saison s’achève en novembre. Un vide sanitaire est opéré dans la serre.

 

Risque sur les cultures:

La température dans la serre est régulée par les ouvertures et également pour un système debrumisation: pulvérisation de fines gouttelettes d’eau qui en s’évaporant refroidissent l’air.

L’air est brassé pour répartir la chaleur et éviter l’humidité 

En ces temps de chaleur, si température > 25°C, la tomate commence à puiser dans les réserves du fruit, ce qui provoque le «cul noir» de la tomateLutte biologique intégrée: des macrolophus sont introduits dans la serre en début de saison. Ils sont nourris avec des œufs de crevettes. Les macrolophus mangent les insectes parasites de la tomate: Mouche blanche, aleurode, ...

Aucun traitement n’est pas appliqué: la clé étant de maitriser l’humidité et d’utiliser la lutte intégrée

 

moyenne de dimensionnement dans les serres de tomates chauffées est de 1ha de serre / 10 salariés

Les conditions d’exercice du métier se sont nettement améliorées depuis 20 ans: ola température dans les serres est régulée,odes systèmes de chariots et de rail dans les serres évitent aux salariés de porter des charges trop lourde, (maximum 12 kg).

Les recrutements sont compliqués, il est difficile de trouver des saisonniers. La main d’œuvre est majoritairement étrangère. 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.